Un accès aux TIC encore très marginale en Afrique malgré quelques progrès

L’Afrique est le continent le plus défavorisé en matière d’accès des populations aux TIC.

Si en moyenne on constate que 28 % des foyers sont équipés d’un ordinateur (portable/fixe ou tablette) dans les pays émergeants, ce pourcentage tombe à 8% en Afrique subsaharienne.

Les évolutions sont encore très disparates et les besoins restent importants. Au-delà de l’infrastructure, l’accès au TIC passe aussi par la mise à disposition de matériel informatique (ordinateur, tablettes, logiciels, mobiles) et l’accès aux formations sur l’utilisation de ces outils.

Néanmoins, depuis 2009, la connexion du continent africain à la fibre optique est en plein essor. Ces câbles sous-marins permettront à la fois de renforcer la connectivité de l’Afrique subsaharienne, mais ils devraient également, à court ou moyen terme, faire baisser drastiquement le coût du haut débit via la diminution du coût international du large bande.

 

L’explosion des périphériques mobiles 

 

Le nombre de smartphones en Afrique devrait doubler d’ici 2017 pour atteindre plus de 350 millions d’unités connectées, selon l’étude Deloitte dédiée aux tendances 2015 du secteur des technologies dans le monde. L’engouement que connait le secteur du téléphone mobile laisse présager une très forte croissance de l’utilisation des tablettes. Les modes de vie et d’apprentissage évoluent et nous souhaitons être parmi les premiers à accompagner ces changements en fournissant aux Africains les outils dont ont besoin.

 

L’opportunité qu’offrent les TIC dans le cadre de l’éducation

 

 Selon la Banque mondiale, les jeunes représentent 60 % de l’ensemble des chômeurs africains. En Afrique du Nord, le taux de chômage des jeunes atteint 30 % (Département de l’information des Nations Unies, Magazine Afrique Renouveau, mai 2013). Au Botswana, en République du Congo, au Sénégal, en Afrique du Sud et dans plusieurs autres pays, la situation est encore plus préoccupante.

Les nouvelles technologies ne concernent plus uniquement les pays développés et l’Afrique doit lutter contre la fracture numérique en facilitant notamment l’accès aux TIC dès le plus jeune âge. Les coopératives agricoles sont par exemple de plus en plus nombreuses à avoir recourt aux TIC dans la gestion de leurs activités, les TIC sont aussi utilisées pour désenclaver et dynamiser certaines régions.

« Les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent contribuer à l’accès universel à l’éducation, à l’équité dans l’éducation, à la mise en œuvre d’un apprentissage et d’un enseignement de qualité, au développement professionnel des enseignants ainsi qu’à une gestion, une gouvernance et une administration de l’éducation plus efficaces. »

Site internet de l’Unesco, section « Les TIC dans l’éducation »

Pour les étudiants, les TIC permettent une nouvelle approche éducationnelle et la formation d’une génération en phase avec l’ère du digital (au même niveau que les jeunes travailleurs ailleurs dans le monde) :

 

info

L’accès à l’information

 

serious-games-icon

Des outils d’apprentissage basés

sur le jeu ou les simulations (serious games)

 

Collabo-icon

Les outils de collaboration

 

homeworks

Le tutorat à distance et l’aide aux devoirs